Mot du rédacteur en chef

Quelle est la nature du phénomène actuel de certification et d’accréditation des ateliers de carrosserie ? Nous avons monté un dossier complet de la situation à l’échelle nationale pour permettre à nos lecteurs d’y voir plus clair.

Depuis les dernières années, nos carrossiers ont été confrontés à un mouvement de programmes de reconnaissance de leurs qualifications. Qu’il s’agisse des certifications des constructeurs automobiles ou de la plus récente accréditation développée par l’AIA Canada (le PCAAC), les carrossiers sentent clairement que ces programmes font partie d’une nouvelle réalité.

Les origines du phénomène sont multiples. Il découle clairement d’un désir de tous les intervenants du secteur – allant des fournisseurs aux consommateurs, en passant par les constructeurs automobiles et les compagnies d’assurances – de faire appel à une norme de qualité établie par un tiers parti en matière de carrosserie. L’objectif est de reconnaître, d’une façon ou de l’autre, les ateliers qui ont les capacités de réparer les voitures actuellement sur nos routes, que ce soit en matière de formation ou d’équipement.

Dans une série d’articles de notre collaboratrice Krystyna Lagowski, nous avons voulu faire le point sur ce phénomène qui prend de l’ampleur. Nous n’avons pas réponse à toutes les questions, mais le portrait que nous tirons de ce dossier illustre les grandes tendances à travers le Canada au moment présent.

Dans ces pages

Colombie-Britannique

Saskatchewan

Manitoba

Québec

Maritimes

Les premiers adhérents

Directement à la source

Établir la norme

Mosaïque de solutions

Combler le retard

Téléchargez le rapport

Parlez-en !

Menu